Au premier trimestre 2020, alors que les mesures de confinement se généralisaient dans la plupart des économies, toutes les entreprises ont dû revoir leur fonctionnement. Télétravail étendu ou généralisé, communication de crise, conditions de travail compliquées pour les populations « terrain »…

Pour la plupart, c’était un saut dans l’inconnu. Certes, le télétravail n’était pas nouveau en soi, mais la pratique restait occasionnelle voire exceptionnelle dans la grande majorité des entreprises. Le fonctionnement par défaut, c’était le présentiel.

J’ai eu des dizaines de discussions avec des managers et patrons qui considéraient d’ailleurs que les « nouveaux modes de travail » (davantage de télétravail, suivi du ressenti des équipes, souci de l’environnement de travail, des valeurs de l’entreprise…) étaient surtout un gentil caprice des nouvelles générations, un prétexte pour travailler moins ou moins dur.

Beaucoup ont donc été surpris de constater dans leurs rapports Jubiwee que les risques de burn out dans leur équipe augmentaient depuis le confinement ! Cela peut sembler contre-intuitif : moins temps de transport, sentiment d’être « chez soi »…

En réalité il y a plusieurs raisons qui expliquent cela :

1/ les équipes qui doivent aller travailler sur le terrain sont soumises à davantage de stress à cause des contraintes sanitaires et de la surcharge de travail que connaissent de certaines professions

2/ Pour les équipes en télétravail, la difficulté de déconnecter, de faire la part des choses entre vie pro et vie perso – quand on travaille depuis sa chambre ou sa cuisine, cela empiète forcément sur l’espace personnel

3/ les situations individuelles vont fortement accentuer la manière dont le confinement est vécu : personnes isolées qui surcompensent leur manque de lien social en se plongeant dans le travail ; parents de jeunes enfants qui doivent cumuler les tâches domestiques et professionnelles…

Tous les experts pointent une augmentation des risques d’épuisement professionnels, qui semble trancher avec la bonne humeur apparente chez nos clients durant le premier confinement : 73% des salariés sondés se disaient de bonne ou d’excellente humeur. Mais les analyses de verbatims montrent bien un risque montant, dans toutes les structures.

Lorsque nous avons lancé le Burnout Calculator il y a quelques semaines (un outil d’auto-diagnostic très simple pour mesurer son risque d’épuisement professionnel), nous ne nous attendions pas à ce que plus de 1000 personnes le remplissent en 48 heures, et sans aucune publicité ou marketing.

Toutes les entreprises sont confrontées à des choix stratégiques et des transformations profondes des modes de travail. Certaines sont tentées de parer au plus urgent et de couper les budgets « expérience collaborateur ». Or, il n’a jamais été aussi important de garder le contact et impliquer vos collaborateurs. A l’heure où chacun doit faire plus avec moins : qui peut se permettre d’avoir des équipes désengagées ?


Les apprentissages de la rentrée et les perspectives pour la nouvelle année - Découvrez notre analyse

Ce nouveau dossier rassemble les tendances observées chez nos clients depuis la rentrée de septembre, ainsi que les enseignements que nous pouvons en tirer pour appréhender cette fin d’année 2020.